everything

We all have two lives, the second begins when we realize we only have one

Dimanche 4 décembre 2016 à 15:36

 Faut-il crier? Faut-il pleurer? Faut-il simplement être surprise? Les choses n'arrivent jamais par hasard. Rien n'est un hasard. Tout est prévisible. Il suffit de rester lucide et de garder son sang froid. Et alors on comprend tout. Tout s'explique. J'en arriverais même à penser que le rationalisme est la solution à tout. Moi qui ne suis ni rationnelle, ni cartésienne, ni même logique.
Je suis intuitive et émotionnelle. Je sens les atmosphères, les émotions, les personnes.
Je comprends tout très vite.

Pourtant malgré cela, mon coeur refuse parfois de percevoir l'évidence. Parce que la douleur serait trop brutale? Peut-être. 
Alors mon esprit s'accroche à des chimères.

J'ai toujours senti que quelque part, quelqu'un pensait à moi. Et parfois je lui parle, sous les étoiles, pour lui dire que je le retrouverai.
Parfois j'ai l'impression de le trouver.
Mais bien vite je m'aperçois que je me suis trompée.

Laissez moi vous raconter une histoire, une longue histoire.

Elle commence en mai de l'année 2010.

Ma petite soeur m'a présentée quelqu'un. Elle m'a dit qu'il est super sympa. Je le rencontre au spectacle de théâtre de ma Lolotte. Nos regards se croisent et je suis surprise par ce que je vois dans ses yeux. Il semble s'intéresser à moi. Mais pour le moment je n'ai pas vraiment de temps pour ça. Je prépare mes partiels. 

En juin j'ai mon spectacle de danse orientale. Il m'a dit qu'il viendrait me voir. Je commence à le trouver plutôt sympathique et assez beau. Surtout son regard. Et la forme de ses lèvres. On verra bien.

En juillet je fête mes 20 ans avec mes amis. Il est avec moi. Nous sommes ensemble. On essaye quelque chose. Il a l'air de me correspondre sur beaucoup de points. Je ne m'attendais pas à ça. Pas maintenant. Il joue de la guitare avec des amis, dans un groupe. 

J'adore nos moments intimes. Il est gentil, tendre attentionné. Mais aussi très coquin et gourmand. Il me correspond complètement. Je m'attache très vite à lui. C'est facile, il est tellement adorable...

http://everything.cowblog.fr/images/303976270535882998827400595569n.jpg

Il m'a dit que j'étais sa 27 ème petite amie. C'est étrange de savoir ça. Je ne sais pas comment je dois le prendre. Il a ajouté que c'était la première fois qu'il s'attachait aussi vite. Je m'efforce de le prendre bien. Il a 28 ans après tout, il a eu une vie avant moi.

Je me sens bien avec lui. Sa chambre est ma chambre. Je m'y sens super bien. J'adore nos soirées jeu vidéo. Il me correspond sur tellement de points. Je me reconnais dans chacun de ses actes. Je ne pensais pas trouver un jour quelqu'un qui me correspondait autant. Je ressens chacune de ses souffrances passées, comme si c'étaient les miennes aussi. 

Le drap housse est rouge. J'aime bien, c'est son drap housse que je préfère. La chambre est rouge. J'adore. Il m'a dit que ses sentiments pour moi étaient forts et sincères. J'ai l'impression qu'on se connaît depuis toujours. Il lit ce que je lis, il écoute ce que j'écoute. En un seul regard on se comprend. Plus je m'attache et plus j'ai peur de le perdre.

On part dans les Alpes et à Belle-île cet été. Je pense que ce sera génial! 

A Belle-île, dans notre chambre, les lits sont superposés. Mais je veux dormir avec lui! Alors on a descendu les 2 matelas et on a dormi côte à côte. Il me parle souvent de son passé amoureux. Il a l'air d'avoir beaucoup souffert. Il a du en baver. Il faudra qu'il songe à notre avenir plutôt qu'à son passé s'il veut que ça fonctionne. Ca me gêne un peu. 

Ce matin au réveil, on a partagé un nouveau moment intime. C'était très excitant. C'était très agréable. Je crois que je commence à l'aimer profondément. Et puis on commence à prendre le pli. A faire l'amour tout le temps et partout. Comme un jeu. C'est génial. Aujourd'hui nous avons prévu de faire le sentier côtier du Palais à Sauzon. On rentrera en bus je pense, on risque d'être fatigués.

C'était difficile! On a bien fait de rentrer en bus. Je n'aime pas trop qu'il fume autant. J'aimerais qu'il arrête. J'ai peur de le perdre. Il y a un pincement dans mon coeur à chaque fois que je pense à l'avenir. Et si il lui arrivait quelque chose? Je suis inquiète. Je lui reproche sa consommation. Il se braque. Il râle. Et la douleur déjà ressentie ressurgit, elle coule sur mon coeur. Au plus profond de moi.

Aujourd'hui nous allons à Locmaria. Il veut écrire une carte à ses amis. Une carte kitsch. Apparemment ils ne s'envoient que des cartes kitschs. C'est un jeu. Je rencontrerai ses amis un peu plus tard, en rentrant. J'ai un peu peur, et j'ai un peu hâte. Mais si ça se passait mal? L'ombre douloureuse recouvre à nouveau mon coeur.

Nous avons testé un bar pirate, rempli de rhums arrangés au Palais. C'était super fun!

C'est le 4 août. On est sur le chemin du retour. On doit passer par Brocéliande et on veut y faire une halte. Je me souviens encore très bien de cette halte. C'était un peu magique. J'ai découvert qu'il avait un peu peur des petites bêtes. Ca m'a touchée, il est tellement précieux parfois! C'est mignon.
En approchant de Paris il y a des orages. Il me parle de ses exs. Je me fâche. Je ne veux pas en savoir plus.

Dans les Alpes, on fait de la via ferrata. J'ai le vertige je ne suis pas très rassurée. Mais je passe un bon moment avec lui. Je râle un peu. Parce que je ne suis pas dans mon élément du tout. 

Puis on retourne à l'auberge de jeunesse. Notre chambre est une chambre pour 6 personnes mais nous sommes seuls dedans. On a même une douche dans notre chambre. C'est génial! Quel moment magnifique je passe avec lui.

On descend en ville. Et on prend un verre sur la place du centre ville. J'ai soudain un sombre préssentiment. Comme une douleur faible mais persistante au fond de moi. J'ai l'impression qu'il y a quelque chose de mauvais. Ca goute et ça coule lentement. On se dispute à propos de ses exs. Je ne veux pas en entendre parler moi. Ca me blesse.

On retourne à l'auberge. Je me souviens que cette nuit là on a fait l'amour 8 fois. C'était bien. Je l'adore tellement! Il est parfait.

On fait une randonnée ensemble. J'en profite pour prendre des photos de nous deux. C'est la seule photo que j'ai prise de nous deux. Et ce n'est pas celle qui suit bien sur. C'est juste qu'elle m'y a fait penser. Avec le bonheur et l'amour que l'on y voit.

Et les vacances se terminent.

http://everything.cowblog.fr/images/312448452744364792831897648840n.jpg

C'était bizarre de rencontrer ses amis. Ils ne semblent pas beaucoup m'apprécier. Ils lui ont dit de se méfier de notre différence d'âge car à leurs yeux, 8 ans c'est trop important. Je me suis sentie un peu mal. Pourquoi vouloir créer des problèmes où il n'y en a pas ni pour lui ni pour moi?

Au retour je me suis fâchée. Pourquoi est-ce qu'il ne nous défend pas? Il devrait dire que ce genre de remarques est inutile. Il me dit qu'il le pense, qu'il pense que ses amis se trompent. Mais qu'il n'a pas envie de se disputer avec eux. Donc il garde ses pensées pour lui. Pourquoi m'ont-ils ignorée? Pourquoi ne répondaient-ils pas quand je leur parlais? J'ai senti la substance noir monter au fond de moi. 

Ses amis lui ont parlé de son ex. Une fille avec qui il est resté 5 ans. C'est une amie commune du groupe apparemment. Je suis blessée. Et fâchée qu'il n'ai rien dit. Est-ce que cela veut dire qu'elle a encore une quelconque importance? Ou justement plus du tout? Il me dit "plus du tout". Je le crois.
Je suis angoissée. Tellement angoissée. Je l'aime tellement fort. Les au-revoir deviennent difficiles. Je ne supporte pas qu'il s'éloigne de moi. J'ai peur. Ce soir mon coeur est noir. J'ai besoin de l'appeler mais il ne décroche pas. Je réessaye automatiquement. Je ne fais pas attention. Il finira bien par décrocher. Mais il ne décroche pas. J'ai l'air dingue. Je devrais arriver à me rassurer toute seule.


Nous sommes allés dans le bar que tiennent ses amis. Il y avait son ex. J'ai passé la soirée à me demander ce que je faisais là. Elle est restée collée à ses basques. Ses amis m'ont royalement ignorée. Je me suis accoudée au bar en me demandant si j'étais invisible. J'aurais voulu m'éclipser. Disparaître. Alors je me suis blottie contre lui et j'ai attendu que le temps passe. Sur le chemin du retour, nous nous sommes disputés car il ne voulait pas percevoir mes remarques. 
" Mais pourquoi tout le monde m'ignore? qu'ai-je fait de mal? "
Il me répondit que je me faisais des idées. Que lui déjà, ne m'avait pas ignorée et que je devais faire des efforts pour m'intégrer. Je suis blessée. Mais je l'aime. Je vais essayer.

Et nous y sommes retournés. Maintes et maintes fois. Tous les week end. L'atmosphère était toujours la même. Il me prenait dans ses bras. Et son ex débarquait à nouveau. J'aurais préféré être seule avec lui. Mais il ne faut pas s'enfermer. Voir du monde c'est sain. Mais la jalousie montait dans mon coeur. Parfois, il me tournait le dos. Et je partais, je m'échappais. Je ne voulais pas être là. J'étais le dindon de la farce. Il n'y était pour rien lui. Il ne pouvait pas percevoir les choses comme moi. Il ne comprenait pas ma fuite.

Je pensais "ouvre les yeux! Aide moi! Défend moi! J'ai tellement mal!"
Je ne m'en sors pas. Avec eux, tout est noir. Tout est noir. Et je n'attends qu'une chose. Retourner dans ta chambre rouge, avec toi! Ca coule au fond de moi. Il faut que je parte. Je m'en vais. Ils ne veulent pas de moi tu ne le vois pas? Ils ne veulent que toi et ton ex. Ils me mettent à l'écart! Je dois partir!

Tu me rattrapes. Je suis triste. Je suis en colère. Contre la situation, contre moi-même, contre eux. Mais pas contre toi. Mais c'est toi qui en subit les conséquences. Je suis désolée. Emporte moi avec toi! Partons d'ici! Non je ne suis pas folle. Arrête de me secouer! Tu me fais mal. Je pleure. J'ai juste envie que tu me serres dans tes bras et que tu me dises que tu comprends. Que tu vois ce qu'ils essaient de faire. Mais qu'ils n'y arriveront pas.

http://everything.cowblog.fr/images/lajeunessedelamourM12182.jpg
Bon d'accord. On va voir le spectacle burlesque de ta meilleure amie. Je ne suis pas enchantée. Tu es déçu. Tu voulais me faire plaisir. Mais j'aurais préférée rester avec toi et te faire moi-même un spectacle burlesque, plutôt que d'aller voir ces hypocrites qui ne m'aiment pas. Tu ne veux pas me croire, tu me dis que je me fais des idées. Je me sens incomprise. Tu te sens tiraillé entre tes amis et moi. Je suis désolée. On arrive. On entre. La salle est sympa. On salue les gens. Et puis au bout de quelques minutes je me sens déjà mal. Je veux rentrer. Je veux partir. Arrête de les regarder s'il te plaît. Regarde moi. Rentre avec moi. 
Tu veux rester.
Ne m'oblige pas à rester. Je m'en vais. Mais arrivée à la station de métro, je m'aperçois que tu as gardé mon portefeuille, mon argent, mes papiers. Je panique. Comment te retrouver? Je n'ai plus de batterie sur mon téléphone. Je parviens à appeler mon père avant que le téléphone ne s'éteigne. Je te déteste à ce moment précis. Mon père t'appelle. Il vient me chercher et te demande de venir me retrouver pour vérifier qu'il ne m'arrive rien. Tu es affreusement gêné. Tu est blessé. Je t'ai blessé. Mais tu as été inconscient de me piquer mes papiers! Mon argent! Comment aurais-je fais sans batterie, sans papiers? C'est dangereux! Pourquoi tu as fait ça? On se dispute en pleine rue. Je ne veux plus te voir. Tu m'as mise en danger! Pars!
On ne s'est pas compris ce soir là. Je t'aime mais j'ai mal. Comme toi.

http://everything.cowblog.fr/images/728855521423047985661967185194n.jpg
La semaine suivante on se retrouve. On se fait des massages. Dans ta chambre rouge. C'est tellement agréable. Nous sommes juste tous les deux. J'adore la chaleur de ton corps, la douceur de tes mains. L'humidité de ta langue. Je suis complètement en confiance! C'est tellement agréable. Les lumières sont tamisées. C'est comme dans un rêve. Je te trouve tellement magnifique. J'adore te toucher comme tu me touches. Je t'épargnes les détails. Pourquoi ne pouvons-nous pas être toujours aussi heureux? Pourquoi ne veulent-ils pas nous laisser vivre? Pourquoi ont-ils tant d'emprise?

On finit par aller chez un de tes amis, celui qui habite juste à côté. Avec lui, tout se passe bien. Il est neutre, il s'en fiche. C'est tellement plus sain. Je ne suis pas ton ex. Si cette fille est ton ex c'est que ça a pêché quelque part. Dieu merci nous on s'aime à la folie.
Je t'aime et je t'adore. 

Jette les lettres de tes exs! Montre moi qu'elles n'ont plus d'importance à tes yeux! Rassure-moi s'il te plaît! Brûle les! Déchire les! Ne les laisse pas avoir tant d'emprise sur notre vie! Sur nous. Montre moi que je suis plus à tes yeux que la vingt-septième! S'il te plaît! J'ai besoin que tu me rassures!

Pourquoi tu ne décroches plus? Décroche! Je t'appellerais encore encore jusqu'à ce que tu décroches... J'ai besoin de te parler... Tu me demandes de te laisser tranquille.  J'ai dû aller trop loin.

Quelle erreur j'ai faite. Je suis trop autoritaire... J'ai l'impression que tu ne me désires plus. Je cherchais le site que j'ai consulté mardi et je suis tombée sur ces liens. Tu sais très bien de quoi je parle. Je pleure et je m'en vais. Ne me suis pas. J'ai besoin d'air. J'ai besoin de prendre de la distance. Non il ne m'arrivera rien. Laisse moi juste respirer, je t'en pris. J'ai besoin de ça. Ca ira mieux après.


http://everything.cowblog.fr/images/2826352137923487438841332034168n.jpg
On va à La Fnac. J'adore arpenter les rayons DVD avec toi. J'aime faire mes courses de noël en ta compagnie. En plus on est venus en moto. J'adore!

Le nouvel an. On le passe tous les deux. Tu m'as comprise. Tu m'as entendu. On est tellement beau. Tu es tellement beau. On joue à un jeu et puis on se dispute pour rigoler. Mais si tu as triché, ce n'est pas possible que je perde! Et on finit par se serrer tendrement l'un contre l'autre.

C'est adorable que tu m'ai offert tes créations en perle à repasser! C'est magnifique parce que tu les as fait pour moi. Je t'aime. On a décidé de partir à Cancale en avril. J'adore la Bretagne. Toi aussi. Tu as une partie de ta famille qui vient de là bas. J'ai hâte de partager ce voyage avec toi.

On ne s'est pas vu pendant une semaine. Quand j'arrive tu me plaques contre un mur! C'est tellement excitant! Tu me procures tant de plaisir que j'ai une confiance aveugle en toi. Je suis prête à partager avec toi de nouvelles choses, de nouvelles expériences. Je t'aime.

http://everything.cowblog.fr/images/181132552651551414308387669139n.jpg
Cancale.
Tu es déjà venu avec ton ex tu me dis. Je m'en fiche. Ne me parle pas d'elle. Elle fout déjà trop de bordel. Tu te cognes la tête en sortant de l'auberge de jeunesse. Je te demande si ça va. Tu me râles dessus.  Olala qu'est-ce que tu es ronchon aujourd'hui.
Jusqu'à ce que nous passions devant l'ancienne maison de tes grands parents. C'est magnifique. Tu m'expliques que tu venais là, enfant. Je te prends la main. On descend marcher un peu sur la plage. Je pense à ton passé. Tu me parles des terra-neuvas. Et puis on va visiter Saint-Malo. Tu m'emmènes dans une superbe librairie. Je trouve ce lieu magique. Mais j'ai soudain envie de faire pipi. Alors je me cache dans les buissons. Ca te fait rire. L'atmosphère se détend un peu. Je sens bien que quelque chose ne va pas. Tu ne veux plus faire l'amour. 
On finit par rentrer dans la boutique des biscuits de la mère Poulard. J'ai envie de toi. Mais on a rien fait pendant ce voyage. Mon coeur brûle et j'ai un peu peur. 

http://everything.cowblog.fr/images/5032-copie-1.jpg
Cet été, on part dans le Sud et puis en Irlande. J'ai tellement hâte!

Le Sud:
J'ai un peu mal au coeur quand tu m'ignores. J'ai l'impression que tu es de plus en plus froid avec moi. Non, tu m'aimes, tu me le dis. Je me sens pas en sécurité. Je commence à te soupçonner de vouloir me quitter. J'ai du goudron qui coule dans les veines. Nos disputes sont lourdes et collantes. Tu joues de la guitare sur la plage. Je te demande de l'attention. Tu ne réponds pas. Je m'en vais. Je te dis que si c'est comme ça on a qu'à se séparer. Tu me suis. Je cours. Tu me cours après. Et tu me plaques violemment contre un arbre. J'ai le souffle coupé. Tu hurles, tu pleures. J'ai mal au dos, mal aux bras. Je pleure. Lâche moi s'il te plaît. Tu me fais mal.
Alertée par les cris, ma mère arrive elle m'attrape et on court s'enfermer dans la salle de bain. Tu tambourines à la porte et tu cries. On dirait un fou. Et puis tu te calmes. Tu sanglottes. Je sanglotte. On rouvre la porte. Je te prends dans mes bras. J'ai mal. Pour toi, et pour moi. J'ai peur pour nous.

On finit par discuter, discuter, et on en conclut qu'il faut que les choses changent, on est en train de se briser. 

On retourne voir tes amis. Certains commencent à m'accepter. Ca se passe de mieux en mieux. Mais on sent bien que rien ne sera plus jamais comme avant. J'aime notre complicité retrouvée. J'aime sentir à nouveau tes bras autour de moi. J'ai l'impression qu'on pourrait repartir sur de bonnes bases. En se connaissant un peu mieux. En construisant différemment. Moins passionnément. Plus durablement. C'est possible.

http://everything.cowblog.fr/images/55958042254035777647029016788768038513042571647718183n.jpg
Puis on part en Irlande.

C'est un voyage magnifique. Mais on a du mal à dormir ensemble. On dort dans deux lits séparés. On va boire du Whisky, on visite une distillerie, le musée des vikings et on se fait jeter d'un bar parce qu'on a pas le bon dresscode.
Tu me confies tes fantasmes et ils m'effraient. On se dispute. Encore.
Tu finis chez quelqu'un qui t'as vu errer dans la rue et qui t'a invité à boire une café. Je t'attend sur la place devant chez lui. Tu sors et vu ta tête tu as vécu une expérience bizarre. Tu m'avoues que le gars t'a dit qu'il était gay. Qu'il t'a fait des propositions. Tu t'es empressé de finir ton café pour venir me rejoindre. T'as flippé un peu. J'hésite entre rire ou être en colère. Je sais bien que ce n'est pas ta faute. Je te prends la main et on repart à l'auberge de jeunesse.
Sur la route on me dit que j'ai l'air d'une irlandaise. Et puis à l'auberge tu discutes avec un irlandais. Je ne comprends pas grand chose mais il a l'air sympa.

Le lendemain on prend le "dart" et on arrive près de la mer. On mange un super sandwich et on se lie d'amitié avec un corbeau. J'ai peur de te perdre. Tu m'achètes une bague. C'est adorable. 

Sur le chemin du retour une ombre noire sur mon coeur déverse des tonnes de goudrons sur mes poumons. Je n'arrive plus à respirer. 
Je t'aime.

En rentrant je retrouve des liens suspects sur ton ordinateurs. Je te cries dessus. Tu m'attrapes et tu me jettes par terre. Je pleure. Je veux sortir de chez toi. Tu me fais peur. Rien ne va plus... Arrête de me violenter... J'ai mal au coeur.

Je vais prendre l'air. Je reviens. Tu es couché. Je m'assois au pied de ton lit. Tu me demandes ce que je fais, pourquoi je ne viens pas m'allonger comme d'habitude. Je pleure. Comment peux-tu dormir? J'ai mal au coeur, j'ai eu si peur... Pas toi? Tu me dis que tu es fatigué. Je viens te rejoindre. Et on se câline. Je t'aime.

On fait une fête pour le départ de mon oncle en Russie! Tu joues avec ton groupe pour l'occasion. On se dessine des coeurs sur les nappes en papier. Je suis si heureuse quand on va bien. Quand tout est apaisé. Je vous prends en photo. Tu es si beau.

Tu as décidé de faire des graphismes sur les tee-shirts! Tu m'en fais un pour moi! C'est trop mignon! Tu es tellement doué! On refait l'amour partout. Sur la table, sur le canapé. C'est tellement génial! Je ne peux plus me passer de toi! 
Nos moments de bonheurs sont tellement beaux!

http://everything.cowblog.fr/images/5542945526212980840001753723067n.jpg

Je me vois tellement construire quelque chose avec toi! On pense à emménager ensemble. On en discute. Mais depuis la rentrée, j'ai l'impression que tu te désintéresses de moi. Tu me parles tout le temps de cette nouvelle collègue. J'ai mal au coeur.

Ce soir tu viens dormir chez moi. On regarde "Le roi Arthur".
Cette après-midi nous sommes allés nous promener en forêt. En rentrant tu m'annonces que tu me quittes. Que c'est fini.

Je ne veux pas y croire. Je m'effondre par terre. Je te demande de me réveiller. Dis moi que c'est faux. Dis le moi. C'est un cauchemar. Je sens mon coeur se déchirer et les larmes coulent toutes seules. Et je sursaute. Et je n'arrive plus à marcher. Tu me déposes chez moi et tu disparais.

Je ne me lève plus. Je ne bouge plus de mon lit. Mon père s'inquiète. Je n'ai pas mangé depuis 3 jours. Je ne sors pas de ma chambre. Je pleure sans m'arrêter.

Je n'ai jamais tant aimé. Je n'ai jamais tant souffert. Et je t'entends souffrir au fond de ma tête. Je sens ta souffrance au fond de mon coeur. On est tellement malheureux. 

Quelques semaines plus tard tu me dis que tu es allé faire tes courses de noël avec ta collègue de boulot. J'ai mal. Mais je n'ai plus le droit d'être jalouse. Je le suis quand même. Tu m'en veux.

J'ai eu mon permis. Au fait.

Je reçois ton texto du nouvel an. Tu me dis que l'année 2012 sera sans moi. J'apprends que tu sors avec ta collègue de boulot. 

Je pleure. Je réussi à avoir mes partiels avec une moyenne de 10.03.

J'essaye d'avoir de tes nouvelles grâce à nos amis. Ils me disent que tu es très heureux avec ta nouvelle copine. Que tu vas emménager avec elle. Et mais... C'était pas ce qu'on devait faire, nous deux? Tu as continué sans moi? Tu m'as juste remplacée? Je n'arrive pas à y croire.

Je pense à toi à chaque seconde. Tu es une sensation constante. Tu fais parti de moi. Désormais.

Tu m'invites à ton concert, au mois de mai. Je me fais toute jolie. Je pense que ça y est tu reviens enfin vers moi! Sinon pourquoi m'inviter? Je me suis faite tatouer en avril. Ce tatouage me fait penser à toi. J'ai les cheveux roux maintenant.

Tu me salues au début du concert et tu me dis que je suis jolie. Je rougis, je ne sais plus où me mettre. Je suis toute heureuse. Et je chante à toutes vos chansons. Jusqu'à ce moment fatidique. Ou tu dédicaces ta chanson à cette fille au milieu du publique. Cette fille banale et pas très belle. J'ai enfin mis un visage sur ton ancienne collègue.

Je reste de marbre. Je ne m'effondre pas. Bien que dans tous nos amis communs on me regarde, par pitié, arrêtez de me regarder. Je suis une femme forte et indépendante. Je n'ai pas besoin de lui. C'est bon.

Et à la fin du concert, je retourne dans ma voiture et je pleure. Je pleure. Je me dis que tu ne m'auras plus jamais comme ça. J'efface le rouge à lèvre de ma bouche et je repars. Le coeur brisé.

 
http://everything.cowblog.fr/images/AlisonMossharturafever.png
En octobre 2012 tu m'invites. On danse la salsa dans ton nouvel appartement. Elle t'a quittée. L'autre. Je me dis que cette fois c'est bon. Je viens chez toi souvent. Je ne veux plus en partir. J'aime tellement être en ta compagnie.

On noue une relation amicale très complice et les étoiles reviennent dans mon coeur. Cette fois, c'est bon! On fait une soirée salsa ensemble. C'est trop rigolo. Je ne suis pas très douée, mais j'aime y être avec toi.

On mange ensemble, un soir de décembre. Je t'ai fait des magnets en cadeau de noël. Et j'ai amené de quoi faire à manger. Je pense que ça y est, ça va être le come back. Et puis tu décroches ton téléphone. Tu t'isoles dans la cuisine. Et quand je te demande qui t'appelle tu ne me réponds pas. Je te demandes si c'est une nouvelle petite amie. Tu me dis oui.
Je tombe des nues. Pourquoi tu as fait ça? Ca me dégoûte. 

http://everything.cowblog.fr/images/amywinehousestrongerthanmemokoaxmogulremix.jpg
Et je n'ai plus eu de nouvelles de toi. Et j'ai construit sans toi. Jusqu'à ce que tu reviennes à nouveau. En juin de cette année 2016. Pour me souhaiter mon anniversaire. Et pour me dire de te délivrer de ta malédiction. Cette malédiction qui fait que depuis moi tu n'as pas réussi à construire. Tu savais. Tu savais très bien ce que tu faisais. Tu lisais les articles sur mon blog. Tu savais que j'avais encore des sentiments. Que je me posais des questions.

J'ai espéré te toucher. Te prendre les mains. T'embrasser. J'ai eu envie de toi dès que je t'ai revu. Je n'ai rien fait. Tu n'as rien fais non plus. Mais l'espoir est revenu. On discutait. Je bondissais de joie à ton moindre message. J'avais besoin de te parler. J'ai eu besoin de toi. J'ai cru qu'on pourrait reconstruire quelque chose. Parce que que je t'aime.

J'ai fait un pacte avec le ciel. Je ne sais pas comment j'ai fait ça. Je lui ai juré que tu es l'homme à qui j'ai donné mon coeur. Que je t'aimerais toujours. Je ne peux pas être complètement heureuse sans toi. Et j'ai mal à chaque fois que tu rouvres cette blessure. A chaque fois tu me redonnes des ailes. Pour finalement me relaisser tomber à terre. Dis moi que c'est un cauchemar. A chaque fois tu me quittes à nouveau.

J'aimerais te comprendre. Pourquoi tu fais ça. Pourquoi tu me dis que tu ne m'aimes pas en fin de compte. Je ne te comprends pas. Pourquoi ça foire à chaque fois.
J'aimerais qu'un jour, tu sois sincère avec moi. Que tu me dises les choses en face à face. Que tu me serres dans tes bras si tu en as envie aussi. Car j'ai un vide. Un vide au fond de mon coeur. Et je crois que toi aussi. Sinon tu m'aurais sortie de ta vie. Depuis ces 5 années.


http://everything.cowblog.fr/images/couplehuglovetightFavimcom1777894.jpg

Si je suis rationnelle je me dis que tu ne m'aimes pas.
Si je suis sentimentale je me dis que tu m'aimes toujours.
Si je suis sensitive je me dis que j'ai envie d'être dans tes bras.
Si je suis logique je me dis que je suis aveuglée par mes propres sentiments.
Si je suis intuitive je me dis que tu caches toujours quelque chose.
Où est la vérité?
Un peu dans chaque peut-être... 

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://everything.cowblog.fr/trackback/3277454

 

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast